La méthode Chen Pan Ling

Tài Jí Quán

Dans son avertissement en 13 points, il précise que sa méthode de Tài Jí Quán demande :
- La précision des gestes toujours exécutés en souplesse ;

- La coordination des mouvements dans la recherche d'un équilibre constant : la stabilité est un élément essentiel dans la pratique comme dans les applications ;

- Une attention particulière à l'aspect esthétique des enchaînements ;

- La répétition de la forme d'abord de façon lente, régulière et continue, puis dans un deuxième temps avec rapidité et fermeté (afin d'être efficace dans une situation réelle) pour revenir ensuite à une pratique lente.
On parviendra ainsi à une meilleure exécution du Tài Jí Quán dans la souplesse :
- Effet bénéfique sur la santé ;
- Effet essentiel sur la défense : Chen Pan Ling veut que tout pratiquant soit capable de neutraliser une ou plusieurs attaques d'un ou plusieurs agresseurs et parvienne à acquérir une perception plus fine du mouvement de l'adversaire dont il utilisera la force pour attaquer. Les applications martiales sont précises, adaptées à chaque mouvement de la forme : cet entraînement permet une adaptation à toute forme d'attaque, les principes du Tài Jí Quán toujours respectés quelles que soient les diverses opportunités des situations réelles.
Dans les notions importantes Chen Pan Ling précise en 20 points les éléments nécessaires à la bonne réalisation des mouvements exécutés dans l'esprit du Tài Jí Quán.

Notions importantes du Tài Jí Quán
1. La position neutre, corps droit, esprit serein, le corps et l'esprit détendus.

2. Les gestes légers, à la fois ronds et harmonieux s'enchaînent avec souplesse et harmonie.

3. Mouvements et respiration en harmonie, unité de l'intérieur et de l'extérieur.

4. Respiration naturelle, profonde, l'énergie descend au Dān Tián.

5. Cultiver l'énergie qui descend calmement, régulariser la respiration, la pensée et l'esprit intériorisés.

6. Faire circuler l'énergie dans tout le corps, augmenter l'énergie.

7. Les mouvements s'enchaînent, l'esprit concentré, la main et le regard s'associent.

8. Avancer, reculer doivent être strictement respectés, bien distinguer le vide et le plein.

9. Déplacements légers, ronds et stables comme la démarche d'un chat.

10. Dans le Tài Jí Quán le Inn et le Yang naissent l'un de l'autre, le mouvement et l'inertie suivent l'esprit.

11. Apprendre le Tuī Shŏu, le sommet de la tête vers le haut, garder le contact, enchaîner, coller, suivre.

12. Développer la sensibilité, exercer les hanches, les jambes, s'exercer à parer, tirer, presser, pousser.

13. Utiliser la force de l'adversaire quelle que soit l'attaque, esquive en suivant la position de l'adversaire, attaquer en se servant de la force de l'adversaire, tirer, cueillir, coups de coude, s'appuyer.

14. Le pas fixe du milieu, il évolue en fonction des mouvements du corps.

15. Le pas fixe pour pousser, le pas en mouvement pour s'exercer, appréhender la force, prendre et lancer en fonction du déplacement.

16. Les mains s'ouvrent et se ferment, dans les déplacements utiliser la force comme si on dévidait un fil de soie.
17. Le pied avant tient (est posé fermement sur le sol), le pied arrière se tend, le sommet de la tête vers le haut, les hanches relâchées.

18. D'abord bouger la racine, ensuite le corps est entraîné, utiliser habilement les paumes de mains.

19. Lorsqu'on tire à soi c'est pour faire tomber dans le vide, lorsqu'on suit (rejoint) c'est pour faire sortir (agir), le changement s'adapte à la situation.

20. S'exercer fréquemment pour entretenir sa santé, chasser les maladies et prolonger la vie.

Bāguà Zhăng
Forme dragon : Ba (Huit) Gua (Trigramme, diagramme, divination) Zhang (Main nue, paume, diriger)

Notions importantes du Bā Guà mains nues forme du Dragon
1. Le Bā Guà mains nues "ou Paume du Bāguà" est l'un des enseignements du Bā Guà mains nues, épée, bâton. Ces trois techniques ont une caractéristique commune, celle de s'exécuter en tournant sur un cercle.
2. Le fondateur du Bā Guà est le Maître Dong Hai Zhou.
3. Dans l'enseignement du Bā Guà de Dong Hai Zhou (mains nues, épée, bâton) il existe de nombreuses formes qui évoquent: le Dragon qui s'envole, le phénix qui danse etc... La forme la plus difficile à exécuter est la forme du Dragon.
4. Le Bā Guà mains nues va du simple au complexe, chaque série amène à aller au plus complexe.
5. Pour exercer le Bā Guà mains nues l'important est d'avoir un rythme régulier et continu, le tronc reste naturellement droit. Lorsqu'on tourne il faut rester léger comme un Dragon.
6. L'index de la main est dirigé vers le centre du cercle, la main ouverte en bas est dirigée vers l'extérieur, le pouce en face de la taille, c'est ce qui déclenche le mouvement du corps.
7. On commence le Bā Guà au point Ouest, on tourne d'abord vers la gauche (en sens inverse des aiguilles d'une montre) en passant par le point Sud, puis Est pour arriver au point Nord. Au point Nord on change de sens et on tourne pour aller vers la droite (dans le sens des aiguilles d'une montre) en passant par l'Est, le Sud, l'Ouest pour arriver au Nord. On change alors de sens pour faire une autre série vers la gauche (commencer toujours par le point Ouest pour arriver au point Nord et changer toujours de la même façon).
8. Dans le livre, les images ne montrent que l'exercice à gauche donc dans le sens inverse des aiguilles d'une montre pour arriver au point Nord, pour chaque série, il faut aller ensuite dans le sens inverse et tourner vers la droite, depuis la droite on tourne dans le sens des aiguilles d'une montre.
Les mouvements étant les mêmes une seule explication est nécessaire.
9. Dans les images du livre on est debout en face pour faire l'exercice, c'est pourquoi les mouvements semblent être présentés à l'inverse c'est la raison pour laquelle il faut se référer aux explications écrites.

Xíng Yì Quán
La Boxe de la Forme de l'Esprit

Le Qi Gongfacebook 01
Gymnastique de longue sous la forme d’un enchainement de douze mouvements